La trame sonore de votre vie

29 avril 2016

Ce matin, quelqu'un a mis sur Facebook une illustration d'un jeune garçon, à genoux devant son tourne-disque, qui écoute pour la première fois le tout premier album de Van Halen. Je me suis automatiquement reconnu!

 

 

La coupe de cheveux, les pantalons Adidas vert et même l'affreux t-shirt rayé : on aurait dit qu'un type m'avait dessiné à mon insu!

 

Moi, j'avais 12 ans quand cet album est sorti et je demeurais à Charlesbourg. J'avais tondu le gazon pour avoir suffisamment d'argent pour me le procurer. Quelques minutes plus tard, je sautais dans l'autobus 38 pour me rendre sur St-Joseph. J'avais couru jusque chez le disquaire (dont j'ai oublié le nom), acheté l'album, puis recouru jusqu'au terminus, ce qui me permit de reprendre le même bus avec lequel j'étais venu. Une vingtaine de minutes plus tard, je déposais l'aiguille de ma table tournante sur le sillon d'engagement de cet album et je capotais! Jamais je n'avais entendu quelqu'un jouer de la guitare de cette façon : c'était complètement disjoncté!

 

Le même été, j'avais mis du ruban électrique sur ma redoutable guitare El Degas blanche et je l'avais peinte, à la canette.

 

               *   *   *

 

C'est ce qu'il y a de merveilleux avec la musique : c'est la trame sonore de notre vie. J'ai des souvenirs très prégnants de certaines pièces, particulièrement celles qui ont marqué mon enfance. C'est probablement le fait que la musique a eu tellement d'impact sur moi quand j'étais jeune qui a fait de moi le passionné que je suis devenu.

 

Juste pour le plaisir, voici quelques-uns de ces souvenirs :

 

• Mon frère qui me faisait peur en mettant à fond l'intro de la chanson « Black Sabbath » quand j'avais 5 ans.


• Ma batterie faite de boîtes de carton sur laquelle je frappais à répétition dans la cour arrière de notre jumelé, rue Chamonix à Charlesbourg. Au programme : « The Mule », durant deux heures!


• « Oh, Oh, Oh It's Magic » : ma chanson favorite quand j'avais 9 ans et que je jouais aux petites autos dans le sous-sol de mes parents.


• La fois où j'ai demandé à ma soeur de me traduire le titre d'une chanson de Frank Zappa : «Broken Hearts are for Assholes».


• Le saut que j'ai fait lorsque j'ai entendu « In the Flesh? » sur The Wall. Je ne m'étais pas méfié de la courte intro et j'avais mis le volume à fond.


• Les nombreuses heures que j'ai passées à redessiner les créatures à l'intérieur de la pochette de Tarkus d'Emerson, Lake & Palmer.


• Écouter « Black Dog » sur Led Zeppelin III en tournant la roulette!


• Le découragement total de voir des gens danser sur « Never Gonna Give You Up » de Rick Astley et l'affreux remix danse de Bohemian Rapsody que j'avais entendu au casino de Charlevoix.


• Le chat qui semblait sauté systématiquement sur la table tournante toutes les fois où mon frère faisait jouer Julien Clerc (aujourd'hui, je considère ce chat comme un putain de génie!)


• « Let's Talk About Sex, Baby » : la chanson qui jouait lors de mon accident de voiture. Heureusement, la radio s'est arrêtée avec l'impact!


• Le lecteur 8 pistes qui changeait de pistes en plein au milieu de « Dazed and Confused » sur l'album en spectacle de Led Zeppelin.


• La fois où j'avais amené le premier King Crimson à l'école pour « la minute de relaxation » du cours de religion. Quel beau moment!

 

 

Vous avez sûrement vous aussi de nombreux souvenirs de la trame sonore de votre vie. N'hésitez pas à les partager plus bas. Nostalgie quand tu nous tient!

Laisser un commentaire
Nom
Courriel
Votre commentaire
Avertissez-moi des commentaires subséquents par courriel
Retranscrire le code 
Envoyer