La préproduction 3 : l'avant-studio (réalisateur)

20 août 2014

Si vous êtes réalisateur, ou que vous agissez en tant que tel pour le projet de votre groupe, une planification adéquate avant d'entrer en studio assurera la bonne marche de l'enregistrement. À titre d’exemple, nous utiliserons la réalisation de l’album d’un groupe rock. Comme c’est souvent le cas, un studio sera loué pour enregistrer les pistes de batterie et les autres instruments ainsi que la voix seront réalisés dans un studio maison.

 

 

 

Dresser un plan de chaque chanson

La première étape consiste à définir avec le plus de précision possible ce qui se passe dans chacune des chansons en terme d’arrangement. 

 

On dressera donc un plan décrivant la structure, le tempo, la tonalité et, le cas échéant, les changements de tempos. On définira ensuite tous les instruments présents dans l’arrangement au fil de la chanson, les parties qui seront doublées, les harmonies vocales, etc.

 

Ce plan vous servira tout au long du processus de réalisation.

 

 

Définir la stratégie d’enregistrement des pistes de batterie

Dans notre exemple (batterie + overdubs), la stratégie est souvent d’enregistrer la performance du batteur guidée par une piste bidon (un cheat track), par un des musiciens, ou par l’ensemble du groupe. Un clic est souvent utilisé pour assurer la constance du tempo et faciliter les overdubs.

 

Cependant, si vous enregistrez un groupe expérimenté qui possède bien son matériel, il peut être envisageable de sortir de votre session avec beaucoup plus que les pistes de batterie. Il peut donc être indiqué de faire entrer tout le groupe en studio et de tout enregistrer afin de profiter de l’apport de l’interaction des musiciens. Dans le cas qui nous concerne, on gardera toutefois en tête que la performance de batterie est prioritaire et que toutes les autres pistes utilisables sont un bonus.

 

Cette façon de procéder nécessite évidemment une préparation adéquate, plus de temps de studio et donc un plus grand investissement. Vos observations en préproduction et votre budget vous aideront à déterminer si le jeu en vaut la chandelle.

 

Repérer un studio

Votre plan, votre stratégie d’enregistrement et la préproduction vous permettront d’évaluer le temps nécessaire à l’enregistrement des pistes de batterie. Vous pourrez donc repérer le studio qui conviendra à votre stratégie d’enregistrement et à votre budget.

 

Profitez-en pour exposer aux responsables du studio les détails du projet, vos objectifs et vos besoins spécifiques en terme de son. Ces gens sont expérimentés et connaissent leurs équipements sur le bout de leurs doigts. Ils pourront vous aider à peaufiner votre stratégie d’enregistrement et à fixer plus précisément le temps nécessaire pour accomplir le travail.

 

Définir l’ordre des enregistrements

• Débutez par le plus facile

La préproduction vous aura sûrement permis d’évaluer le degré d’aisance des musiciens dans chacune des pièces. Pour la première session, je vous suggère de débuter avec la pièce que le groupe possède le mieux. Vous rehausserez ainsi la confiance du groupe dès le début du projet.

 

• Hiérarchisez les chansons

Hormis cette première pièce, les autres chansons devraient être enregistrées selon leur ordre d’importance, particulièrement si votre budget et votre temps de studio sont limités.

Cet ordre n’a rien à voir avec celui avec lequel les pièces apparaîtront sur l’album, il est plutôt basé sur les observations en préproduction. Le regard objectif du réalisateur est ici mis à sa pleine contribution car, soyons francs, la hiérarchisation des pièces est un travail aussi douloureux que nécessaire. 
 
Une façon efficace de réaliser cet exercice est de fonctionner par élimination. Prenons l’exemple d’un album de 12 pièces conçu à partir d’une banque de 16 chansons. Posez-vous la question suivante : « si je ne pouvais enregistrer qu’une seule de ces 16 chansons, laquelle est-ce que je choisirais? » Notez cette chanson sur une autre feuille et éliminez là de la liste. Posez-vous la même question en regardant les 15 chansons restantes. 

 

En répétant l’exercice jusqu’à la fin, vous aurez la hiérarchie qui vous permettra de mieux définir l’ordre dans lequel attaquer les sessions de batterie et d’overdubs et les pièces qui nécessiteront plus d’attention.

 

Planifier le déroulement des sessions

• Regroupez les overdubs

Il est souvent plus efficace d’approcher les overdubs par instruments plutôt que par chanson. Typiquement, on commencera par ajouter aux prises de batterie les instruments qui créeront une fondation solide sur laquelle bâtir le reste de la chanson.

 

Par exemple, un auteur-compositeur-interprète ajoutera peut-être des pistes de voix et une guitare rythmique temporaires pour clarifier la structure de la pièce. Pour un groupe rock, ce sera peut-être plutôt la basse ou les guitares. 

 

L’ordre dans lequel se réaliseront les overdubs est donc fonction des besoins spécifiques de chaque chanson. En vous guidant sur votre plan, vous pourrez regrouper vos overdubs afin de réaliser toutes les prises d’un même instrument en passant d’une chanson à l’autre. On évite ainsi d’avoir à refaire continuellement le set-up d’enregistrement et on allège grandement l’horaire des musiciens. 

 

• Prévoyez des pauses

La performance et l’enregistrement nécessitent un degré d’attention élevé qui ne peut être soutenu durant de longues périodes, et ce, autant pour les musiciens que pour l’équipe technique et le réalisateur. C’est d’autant plus vrai pour les enregistrements de voix. 

Divisez vos sessions en période d’une heure ou d’une heure et trente et séparez chacune des segments d’une brève pause. Vous améliorerez ainsi le moral des troupes et augmenterez la productivité de vos sessions.

 

• Les repas

Rien de pire que de retarder une session pour trouver de la bouffe! Si les repas sont à votre charge, repérez les restos à proximité du studio ou, si vous prévoyez manger sur place, ceux qui font de la livraison. Amenez aussi des bouteilles d’eau et pourquoi pas quelques bières pour un post-session (si le studio le permet bien sûr).

 

Le dernier droit

• Préparez les horaires

Assurez-vous que tous seront présents et à l’heure. Souvent, le batteur doit arriver un peu plus tôt pour installer son équipement. Prévoyez le temps nécessaire avec le studio.

 

• L’équipement et les partitions

Assurez-vous que tous auront en main l’équipement et les partitions nécessaires pour la session (tiens : proposez-leur de lire le texte « La préproduction partie 2 » !).

 

• Ayez en main votre plan et vos notes de préproduction

Tel que mentionné dans le premier article sur la préproduction, le studio n’est pas l’endroit idéal pour remettre en question les arrangements ou se perdre dans des discussions philosophiques d’orientation. Si jamais une session dérape (et ça arrivera!), vos notes de préproduction et votre plan pourront vous être utiles pour remettre la session dans le droit chemin. N’oubliez pas les textes des chansons!

 

• Préparez une grille de production

Indiquez sur un tableau le nom de chacune des pièces et les principales étapes de production (overdubs, voix, mixage, etc.) et affichez-le. Chaque fois qu’une étape est franchie, marquez la case d’un « X ». Encore mieux, faites-la cocher par un des membres du groupe. À la fois simple et efficace, ce petit outil de motivation permet à tous de suivre l’avancement du projet.

 

Laisser un commentaire
Nom
Courriel
Votre commentaire
Avertissez-moi des commentaires subséquents par courriel
Retranscrire le code 
Envoyer